Financement participatif : c’est parti ! – Éditions Le Hêtre Myriadis

Financement participatif : c’est parti !

Fusion des éditions du Hêtre, fondées en 2009, et des éditions Myriadis, fondées en 2013, Le Hêtre Myriadis est une maison d’édition indépendante qui propose des ouvrages inspirants et inédits sur l’éducation, la parentalité et l’écologie : grossesse, naissance, allaitement, maternage proximal, éducation non-violente, écologie des relations humaines, bien-être et santé, notamment au féminin, écoféminisme, albums pour enfants, etc.Le Hêtre Myriadis est aujourd’hui porté par trois femmes, toutes trois mamans, qui ont à la fois la passion de l’éducation et de l’écologie, et celle des livres.

Le Hêtre Myriadis défend des valeurs d’émancipation et d’autonomie. Il s’agit d’aider les femmes et les hommes, par la lecture de textes inédits et de traductions d’ouvrages de référence, à accéder à des informations cruciales qui leur permettront d’être moins dépendants des « experts » et plus libres de créer la vie qui leur convient, dans le respect de tous les êtres vivants.

Le Hêtre Myriadis affiche clairement un projet de remise en question de pratiques culturelles, politiques, économiques, délétères pour le développement social et individuel des humains et promeut des pratiques respectueuses des enfants, des femmes, des familles, de l’environnement.

Un de nos auteurs phares est l’obstétricien Michel Odent qui publie au Hêtre Myriadis pas moins de huit ouvrages qui ont marqué l’histoire de la littérature sur la naissance, et notamment sur les liens entre les conditions primales et l’évolution de l’humanité : L’Amour scientifié, L’Humanité survivra-t-elle à la médecine ?, La Naissance d’Homo, le chimpanzé marin, etc.

Plusieurs de nos ouvrages ont été de grands succès à l’international mais peinent à être diffusés en France : La Naissance orgasmique de Elizabeth Davis et Debra Pascali-Bonaro, Serre-moi fort du pédiatre Carlos González (plus de 500 000 ouvrages vendus tous exemplaires et langues confondus), Toi, moi et la tétée de Mònica Calaf et Mikel Fuentes.

Le Hêtre Myriadis est un éditeur militant et engagé pour diverses causes comme la promotion et le soutien à l’allaitement maternel, la promotion de l’accouchement physiologique, de la naissance respectée, la lutte contre les violences obstétricales, le soutien à une parentalité bienveillante, respectueuse des besoins des enfants mais aussi des mères qui en ont le plus souvent la charge, la promotion de relations humaines plus justes et épanouissantes (ce que nous appelons écologie des relations), la promotion d’un art de vivre dans son corps et son esprit qui soit éco-cohérent (fertilité naturelle, santé, alimentation), la promotion des pédagogies alternatives et des apprentissages autonomes, etc.

Aujourd’hui, notre situation financière est si fragile que si nous ne sommes pas en mesure d’améliorer rapidement la diffusion de nos ouvrages et de publier nos projets en cours, nous allons malheureusement devoir fermer boutique.

Nos amis peinent à le croire : « Ce n’est pas possible ! Le Hêtre Myriadis est une référence depuis près de dix ans. Les livres que la maison publie ont été si importants pour beaucoup de gens ». C’est juste et ce n’est pas la qualité de nos ouvrages, de notre travail éditorial, de nos traductions, qui sont en cause, mais bien plutôt une difficulté à nous faire connaître, à augmenter notre diffusion, à conquérir un lectorat de plus en plus large, et cela principalement en raison de la triste logique financière par laquelle les petits éditeurs indépendants ont moins de moyens pour investir l’espace public.

C’est pour cela que nous avons décidé de faire appel au soutien de celles et ceux qui partagent nos valeurs afin que nous puissions améliorer notre diffusion et poursuivre cette belle et riche aventure éditoriale.

A quoi va servir le financement ?

Nous avons défini quatre paliers de besoins : 10 000, 17 000, 22 000 et 27 000 euros. 

Avec 10 000 euros, nous pourrons :

1 – Réimprimer six de nos ouvrages qui arrivent en rupture de stock :

 

   

     

 

Vivre sa fertilité naturellement de Milène Clichy, ouvrage de référence sur la fertilité naturelle et la méthode de contraception des indices combinés.

La Naissance à l‘âge des plastiques de Michel Odent, un classique de la littérature sur la naissance qui montre comment la technologie influence la façon de naître des bébés depuis le milieu du 20e siècle.

Le Problème avec l’allaitement de James Akré, notre toute première publication en 2009 ! Le livre montre comment l’allaitement est une affaire culturelle et pas seulement personnelle, que ce sont les sociétés qui allaitent ou pas et que dans ce déterminisme culturel, les femmes ne choisissent pas vraiment.

Mammifère de Marion Cadet, un recueil d’aquarelles pour enfants sur le thème de l’allaitement chez les mammifères.

La Domination adulte – L’oppression des mineurs de Yves Bonnardel, un texte fondamental sur l’âgisme (ségrégation par l’âge) de nos sociétés et la violence que les enfants subissent au nom de l’autorité des adultes.

Serre-moi fort du pédiatre Carlos González, un ouvrage sur le maternage et l’éducation des enfants qui nous explique, par la science et le bon sens, pourquoi le respect, les câlins et l’amour valent mieux que toutes les punitions et les règles réunies.

 

2 – Imprimer les premiers projets éditoriaux qui étaient prévus au calendrier de publication du second semestre de l’année 2018 :

À moi ! Lorsque l’ego paraît– Pour une égologie pratique de Valérie Vayer, un texte qui introduit une vision inédite de l’ego prenant le contre-pied des conceptions traditionnelles et qui montre comment l’éducation traditionnelle, à base de fessées, de punitions, de distance, malmène les egos des enfants, au lieu de les choyer au plus fort de leur vulnérabilité, c’est-à-dire avant l’âge de 3 ans, et les empêche de grandir en harmonie avec les autres et de devenir des « egos bien portants ».

Que ferait l’amour ? – Les Clés de l’éducation de Sophie Camboulives, un ouvrage sur l’accompagnement bienveillant des enfants en situation de handicap.

Le Félon sonne l’hallali de Didier Ramnon, un livre savoureux où l’auteur partage, avec un humour décalé, ses réflexions et son expérience sur la réalité du monde de l’entreprise, les violences qu’il engendre et propose des pistes pour y survivre.

Les Autoroutes de la transcendance – Fonctions des orgasmes de Michel Odent, la réédition d’un grand classique de l’obstétricien et chercheur français, qui propose une étude des états extatiques ou orgasmiques associés aux différents épisodes de la vie sexuelle (accouplement, accouchement, allaitement).

 

Avec 17 000 euros, nous pourrons en plus :

Imprimer le reste de nos projets éditoriaux en cours :

– La traduction de Freedom and beyond (« La Liberté et au-delà ») du grand penseur de l’éducation et la vie sans école (unschooling) et des apprentissages libres et autonomes, John Holt.

– La traduction de Refuse to choose (« Refuser de choisir ») de Barbara Sher, l’inventrice du concept de « scanner » ou « explorateur » qui permet de décrire un mode de fonctionnement psychique, transversal et synthétique, propre aux personnes qui n’ont pas une passion unique mais plutôt mille centres d’intérêt hétéroclites entre lesquels ils aiment à créer des ponts ; un type de fonctionnement psychique que notre société a tout intérêt à reconnaître pour sa créativité et sa capacité à mettre en lien les champs de connaissances et d’activités cloisonnés par l’hyperspécialisation caractéristique de notre société industrielle.

Voies Livres de Jean-Pierre Lepri, un recueil de textes sur la lecture de divers écrivains et penseurs tels Eco, Sartre, Pagnol, Dolto, Illich…

Le Génie de l’être et autres écrits de Sylvie-Béatrice Vermeulen, co-autrice avec le psychohistorien Marc-André Cotton du site Regard conscient, un recueil de textes sur les effets de la violence éducative et sur la nécessité de travailler sur soi, ses blessures et ses projections, pour ne pas reproduire la violence subie.

– La traduction de Antpädagogik (« Antipédagogie ») de Ekkehard von Braunmühl, un texte au titre éloquent qui étudie la question de l’abolition de l’éducation et de la « pensée pédagogique » qui sont l’origine de la « guerre » que les adultes mènent contre les enfants.

– La traduction de Geht es ohne Erziehung ? (« Se passer d’éducation ? ») de Eberhard Schulz, un texte qui examine la notion d’éducation, ses diverses définitions et conceptions, propose un nouveau rapport à l’enfant, un rapport d’égal à égal, et montre, exemples à l’appui, que ce genre de rapport ne mène pas au chaos mais à une convivialité paisible et agréable entre adultes et enfants.

 

Grâce à votre soutien, tous ces livres pourront être publiés et vous pourrez découvrir de nouveaux horizons dans la littérature sur l’éducation, la parentalité, l’écologie, le vivre ensemble, etc.

 

Avec 22 000 euros, nous pourrons en plus :

1 – Nous faire mieux connaître en participant à plusieurs salons tels Marjolaine, Vivre Autrement ou le salon du livre Livres Paris.

2 – Nous faire mieux connaître auprès de publications de presse influentes dans nos domaines, ceci afin de toucher un lectorat élargi.

 

Avec 27 000 euros, nous pourrons en plus :

1 – Améliorer notre charte graphique afin de rendre nos ouvrages encore plus attractifs visuellement.

2 – Conclure de nouveaux contrats et acheter de nouveaux droits de traduction tels les titres suivants dont la négociation est en cours :

Rethinking learning to read (« Repenser l’apprentissage de la lecture ») de Harriett Patison, un ouvrage exceptionnel qui remet en cause nos conceptions traditionnelles de l’apprentissage de la lecture.

Creciendo juntos (« Grandir ensemble ») de Carlos González, notre pédiatre préféré, qui cette fois-ci signe un magnifique ouvrage sur l’adolescence.

The Dental Diet Alimentation pour de belles dents ») du Dr Steven Lin qui révèle les liens surprenants entre la santé dentaire, l’alimentation et le style de vie.

Wild children, domesticated dreams – Civilization and the birth of education (« Enfants sauvages, rêves domestiqués – La civilisation et la naissance de l’éducation ») de l’anthropologue Layla AbdelRahim, une critique du fait civilisationnel et de l’aliénation et la servitude par l’éducation que la civilisation produit.

Enfin, nous pourrons publier au format papier le recueil de textes participatif sur l’écologie, la parentalité et l’éducation que nous décrivons dans les contreparties.

Fermer le menu